Le restaurant



C’est connu, un hôtel de charme n’a de charme que si son restaurant vaut le détour. Vaut le détour ? Ah, la litote fait encore des siennes ! Autant dire que le restaurant est un condensé de savoir-faire qui se manifeste dans un plat ou à la faveur d’une sauce et qui correspond à la signature unique et infalsifiable des lieux. Justement, le restaurant Dar Dhiafa fait se rencontrer les plaisirs de la bouche et de l’âme et nourrir le corps et l’esprit. Il est le continuum à la fois des expériences sensitives vécues dans les patios, les chambres et autres dépendances de l’hôtel mais aussi des rencontres et des échanges avec les autochtones au gré des ballades dans l’île. Si le dépaysement est affaire de nourriture, celle-ci ne peut être que spirituelle et transcendantale.

Le goût, encore et toujours. Le sublimer est une gageure et un défi qui se relèvent au quotidien. A quoi s’attelle la brigade du restaurant Dar Dhiafa avec un bonheur certain dans un contexte insulaire qui fait la part belle à la diversité des produits et à la variété des goûts. Si, historiquement, Djerba a connu un nombre incalculable d’envahisseurs aux intentions pas toujours avouables, elle n’a pas résisté au plaisir d’associer leurs différents apports culinaires à la base nutritive locale et partant, de s’embellir de la part des autres. Une leçon de tolérance et d’ouverture dont le résultat est une explosion de saveurs que le restaurant Dar Dhiafa se fait un plaisir de révéler et d’exprimer par le fait, entre autres, de revisiter les plats-signature de l’île, à l’instar du riz djerbien, du couscous local ou du carré d’agneau. L’agneau insulaire bien entendu, tout comme le loup de méditerranée préparé en filet à la mousseline de fenouil. Par delà la technique, le goût est dans le produit, celui du terroir.

Bien manger, ce n’est pas, à Dieu ne plaise, se remplir la panse. C’est se délecter des mets qui sentent la méditerranée orientale, des mets exhausteurs de goûts et de savoir-faire locaux. Vous avez aimé le carré à l’agneau ? Vous allez adorer son cousin indigène, l’agneau à la gargoulette ou son parent lointain, le ragoût aux pruneaux secs, amandes, miel, carottes et agneau. Tout un programme ! L’idée directrice de la cuisine estampillée Dar Dhiafa consiste à la fois à se mettre au diapason de ce qui se fait de mieux en matière de technique et de raffinement gastronomiques et à respecter les produits dont il convient de sublimer la juste cuisson et les justes proportions. A la justesse des tons, des matériaux, des couleurs dans la décoration et l’aménagement de l’hôtel, répond en clin d’œil la justesse des goûts, des saveurs et des associations dans la création culinaire du restaurant sous la houlette de son chef. C’est à une tranche de vie djerbienne que vous convie ce dernier. Une tranche et plus, si affinités !

 

Bien manger, ce n’est pas, à Dieu ne plaise, se remplir la panse. C’est se délecter des mets qui sentent la méditerranée orientale, des mets exhausteurs de goûts et de savoir-faire locaux. Vous avez aimé le carré à l’agneau ? Vous allez adorer son cousin indigène, l’agneau à la gargoulette ou son parent lointain, le ragoût aux pruneaux secs, amandes, miel, carottes et agneau. Tout un programme ! L’idée directrice de la cuisine estampillée Dar Dhiafa consiste à la fois à se mettre au diapason de ce qui se fait de mieux en matière de technique et de raffinement gastronomiques et à respecter les produits dont il convient de sublimer la juste cuisson et les justes proportions. A la justesse des tons, des matériaux, des couleurs dans la décoration et l’aménagement de l’hôtel, répond en clin d’œil la justesse des goûts, des saveurs et des associations dans la création culinaire du restaurant sous la houlette de son chef. C’est à une tranche de vie djerbienne que vous convie ce dernier. Une tranche et plus, si affinités !